COMICS
Deadpool, un mercenaire pas comme les autres

Oyez, oyez, brave gens. Manants ou puissants, gens de tous bords et de toutes professions, bientôt sort le deuxième volet des aventures du Mercenaire le plus bavard de l’univers, j’ai nommé Deadpool. Pour l’occasion, nous avons recruté le meilleur auteur – enfin le seul qu’on avait sous la main – pour vous raconter tout ce qu’il faut savoir sur Deadpool. Ses créateurs, ses créations, ses produits dérivés, ses amis et ses ennemis, ses spécificités … bref vous voyez où je veux en venir.

Évidemment espèce d’*£$@ d’auteur ! Ils sont pas ^$€ !!!

Oups! Il semblerait qu’à force de répéter son nom, Deadpool soit apparu à mes côtés. En espérant qu’il ne cause pas trop de problèmes.

Ah mon p’tit Mat, ça serait mal me connaître. Je sens qu’on va passer un bon moment, toi et moi … et tous les lecteurs (wink wink)”

Deadpool who ?

Né de l’imagination débridée de Fabian Nicieaza et Rob Liefeld, Deadpool est apparu pour la première fois dans New Mutants #98, en février 1991. Et depuis 27 ans, celui que l’on surnomme the Merc with a mouth a vu sa popularité grimper, grimper, pour atteindre des sommets et concurrencer presque le détenteur du titre, à savoir Wolverine (mais sans réelle concurrence depuis la mort du principal intéressé en 2014, c’est beaucoup plus facile). Wade Wilson, aka Deadpool, sorte de simulacre de Slade Wilson, alias Deathstroke chez la Distinguée Concurrence, est tour à tour du mauvais et du bon côté. Un véritable anti-héros, en soi.

Oh laaaa on arrête tout !!!”

Deadpool ? Quel est le problème ?

“Quel est le problème ? Il se moque de moi ?”

Euh … non!

“Le problème ? Le PROBLÈME ? Je ne suis pas un simulacre de ce @^$*£ de Slade Wilson! C’est lui qui m’a copié!”

Mais enfin Deadpool, Deathstroke a été créé en 1980

“En 1980 pour DC, c’est comme dire les années 2000 pour Marvel !”

Mais ça n’a aucun sens, Deadpool ! (Un sabre sous la gorge). Ah oui j’avais oublié. Autant pour moi, Deathstroke est une copie de Deadpool. Tout le monde devrait le savoir.

Bref, désolé pour cette interruption. S’il est d’abord apparu comme un antagoniste des New Mutants, employé par Genesis (Tyler Dayspring) pour éliminer Cable, Deadpool fait ensuite plusieurs apparitions dans X-Force et plusieurs autres séries Marvel telles qu’Avengers et Daredevil.

“Et ouais !!! Et maintenant avec Cable on est comme larron en foire (vous verrez bien dans le film)”

En 1997, le mercenaire obtient sa propre série régulière (Joe Kelly et Ed McGuiness);c’est à partir de cette époque que Deadpool devient la caricature comique de super-héros que tout le monde aime tant. En 2008, après six ans d’absence, une nouvelle série voit le jour, orchestrée par Daniel Way, accompagné par Paco Medina et Carlo Barberi. Aujourd’hui encore, Deadpool est le héros de sa série, scénarisée depuis 2012 et le renouveau Marvel avec Marvel Now par Gerry Duggan. Les choses vont changer prochainement : Gerry Duggan va bientôt laisser sa place de maître de Deadpool à Skotty Young, l’auteur/dessinateur connu pour ses variantes cartoonesques Marvel et son comic I hate fairyland (Image). Mais soyez rassuré, fan de la première heure ou au contraire tout jeune lecteur : l’humour sera au rendez-vous, et attendez-vous à pouvoir discuter (après tout Deadpool est connu pour briser régulièrement le 4ème mur) avec votre anti-héros … favoris ?!

“Et ouaiiiiis!”

Merci pour cette intervention (tout bas : parfois je me demande à quoi il sert ce type).

Deadpool et Marvel, une grande histoire d'amour

Quand Deadpool n’essaie pas – enfin, réussit plutôt – à massacrer l’intégralité de l’univers Marvel – à deux reprises, faut-il ajouter – il entretient des relations framicale (à défaut d’une meilleure traduction de frennemy) avec des personnages tels que Spiderman. S’il considère Captain America comme un modèle – Deadpool a reçu sa carte membre des Avengers lors de la série Uncanny Avengers (Duggan et Stegman) de la main même de Cap – Cable et Wolverine sont ses partenaires de combat qui sont très rapidement agacés par ses manies et sa bavardise.

“Moi bavard ? et de quelles manies tu parles? “

(Un poil apeuré) Mais rien du tout. Juste que parfois Cap …

“Cap, ça c’est un homme. Si jamais je devais me caser – désolé les filles, les garçons, tout le monde – ça serait avec un type comme lui. Ahhhh Cap !”

Mais avec Spider-man … c’est autre chose. La grande bromance (faut-il encore définir ce terme, longuement popularisé par la culture populaire, c’est à dire ce que nous présentons en ce moment-même ?) entre le Mercenaire bavard et l’homme-araignée est principalement le fait de Deadpool, qui tel une sangsue refuse de lâcher sa proie sanguinolente.

“Mais Peter c’est différent”

Spider-man, tu veux dire

“Bah non! Peter c’est mon bro, je l’appelle comme je veux. Spidey, l’araignée, Pete, Petey … “

(Murmurant à l’oreille de Deadpool) : Sauf que Peter c’est son identité secrète! Personne n’est censé la connaître, et surtout pas le grand public.

“La boulette. Pire que Doreen quand elle envoie ses écureuils botter le train de Doom”

Doreen ?

“Bah ouais, Squirrel Girl quoi”

(Tout bas) Encore une fois, personne n’est censé connaître l’identité secrète de Squirrel Girl.

“:O !!! La boulette !”

Ok, donc maintenant tu me laisses mener cet article comme je veux ?

Deadpool et ses dérivés

Le succès de Deadpool a été, et est encore aujourd’hui, tellement phénoménal que plusieurs personnages dérivés de lui ont vu le jour. A commencer par le Deadpool Corps, rien que ça! Un corps de mercenaire composé de Lady Deadpool, Kidpool, Dogpool et Headpool (oui vous avez bien lu : il s’agit de la tête du Deadpool de l’univers popularisé par Marvel Zombie).

“That’s right b****** ! Je suis le personnage le plus successful de Marvel ! Même Wolverine ne peut rien face à moi. La preuve, ce gnome a préféré se cacher plutôt qu’admettre la défaite. Le nulllll”

Wolverine est mort, Deadpool. Un peu de compassion.

“Compassion, mon c**!”(ajoute-il en brandissant son majeur droit)

On se calme, Deadpool.

“En plus il n’est pas vraiment mort”.

(A bout) Mais c’est pas vrai ! Spoiler, Deadpool

“Oups !”

Si ça avait été que ça. Mais non. Bien loin de s’arrêter là, les cadres de Marvel ont vu les choses en grand, en rose et en féminin, avec …. Gwenpool ! Encore une fois ce n’est pas un rêve (ou un cauchemar), ce personnage existe. Si elle a, comme son modèle, conscience d’être dans un comic-book, en revanche elle vient de notre monde et a été transportée dans l’univers de la bande-dessinée par un accident. Mais revenons un poil en arrière, pour vous expliquer les origines de cette improbable collaboration entre Gwen Stacy et Deadpool. Lorsqu’a l’été 2015 est lancé le GROS événement Secret Wars, c’est tout l’univers Marvel qui est secoué. Et diverses mini-séries, toutes plus géniales (c’est selon) les unes que les autres voient le jour, parmi lesquelles on compte Deadpool’s Secret Secret Wars. Et sur une variante du numéro 2 de cette fantasque série apparaît une jeune fille en costume rose et blanc, Gwenpool (Chris Bachalo et Christopher Hastings) : Gwenpool. Victime de son succès, la jeune anti-héroïne se retrouve bientôt à la tête de sa propre série, pour le plus grand plaisir des petits et des grands (et des petites et des grandes) par Christopher Hastings, Gurihiru et Danilo Beyruth.

Deadpool et le 7eme art

Loin de se cantonner à la bande-dessinée, Deadpool a aussi fait quelques apparitions sur le grand écran. La première, que chacun est plus que content d’oublier, comme une soirée trop arrosée, se trouve dans X-Men Origins : Wolverine. Il n’y a pas de mot pour qualifier cette adaptation (d’ailleurs les scénaristes ont préféré coudre les lèvres de l’anti-héros pour lui éviter de raconter n’importe quoi).

Les choses changent en 2016, avec le succès que remporte cette première adaptation du héros le plus bavard de l’Amérique. Ryan Reynolds reprend son rôle de Deadpool – c’était déjà lui dans Wolverine, mais le bel acteur n’a plus rien à voir avec son rôle précédent (on n’a qu’à regarder son visage pour s’en assurer). Blagues à gogo, action et cascades en pagaille, mais aussi beaucoup de sang (sinon ce n’est pas un film sur Deadpool, mais un banal film d’action), le film rencontre un tel succès que la Fox met immédiatement en route un sequel, qui sort le 16 mai prochain, presque pile pour l’anniversaire de l’auteur de cet article. Décidemment, parfois les choses sont bien faites.

Quelque chose à ajouter, Deadpool ?

“Deadpool rules !”

“Et Gwenpool alors, on l’oublie ?

(C’est pas vrai … je suis maudit!).

 

Mathieu Guitonneau

Libraire spécialisé comics

Album comics

EN RELATION AVEC VOTRE ARTICLE

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTERESSER


Coups de cœur du libraire

Coups de cœur des libraires

Coups de cœur du libraire