COMICS
Coups de coeur du libraire

Comme on dit, “it’s always darker before the dawn”. C’est exactement ce que j’ai ressenti à la lecture de mes deux coups de coeur de la semaine : Catwoman (Joëlle Jones) et Fantastic Four (Dan Slott, Sara Pichelli et Simone Bianchi).

Catwoman #2 - Joëlle Jones

Adoptant pour le début de son épisode une narration à la Tom King (les pensées de Selina venant en complément de ses actions), Joëlle Jones plonge son héroïne dans les affres du regret. Aux prises avec une foule de copycats (ironique pour Catwoman), Selina semble confrontée à elle-même. Aux choix qui l’ont conduit dans cette situation, à devoir se battre contre des doubles maléfiques (sa première adversaire peut-être un trait d’humour de l’auteur, une référence à la Catwoman jouée par Halle Berry dans le film éponyme). Le titre joue entre l’humour et l’émotion avec subtilité. Héroïne sans pouvoir, Cat doit s’aider de multiples gadgets – comme son ex-fiancé – et quel meilleur moyen de paiement que la bague de fiançaille offerte par Bruce ? La bague surmontée du diamant grâce auquel tout a commencé?

Joëlle Jones auteur, mais aussi artiste. Si j’ai découvert son travail sur Batman – j’ai adoré son design pour la robe de Selina – je la préfère encore plus sur Catwoman. Son trait paraît plus assuré, plus fouillé aussi. Les détails ne nuisent en rien à la lisibilité de l’histoire, ou à la beauté du trait.

Les mystères s’épaississent autour de Selina. Si vous avez apprécié le premier numéro -ou vous l’avez lu par curiosité suite à Batman

Fantastic Four #1 - Dan Slott, Sara Pichelli et Simone Bianchi

Une lueur d’espoir est parfois un élément de torture pire que tout. C’est exactement ce à quoi sont confrontés Ben Grimm et Johnny Storm dans ce premier épisode du retour des Fantastic Four. Comme nous vous l’avons précisé plus tôt cette année, ce sont Dan Slott et Sara Pichelli qui prennent les commandes de la destinée des Fantastic Four, après leur “disparition” suite à Secret Wars (2015).

L’épisode se découpe en deux parties, dessinées par deux artistes : la principale pour Pichelli et, petite surprise, la seconde par Simone Bianchi (artiste au combien rare de nos jours).

L’épisode commence par une sorte de petit “who’s who” des Fantastic et de leurs membres honoraires, pour progressivement faire monter la sauce afin de conclure en beauté. Un épisode hommage et introductif, à la belle famille que sont les Fantastic Four.

Mathieu Guitonneau

Libraire spécialisé

EN RELATION AVEC VOTRE ARTICLE

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTERESSER


Coups de cœur du libraire

Coups de coeur du libraire

Mateus Santolouco et les Teenage Mutant Ninja Turtles