COMICS
Coups de coeur des libraires

Grosses actualités cette semaine chez Marvel : le retour de SHIELD par Hickman et Weaver, la conclusion du run de Bendis sur Invincible Iron-Man … et le #1 de Black Panther par Coates et Acuna. Du côté de la Distinguée Concurrence, c’est plus reposant, excepté la première partie de Flash War dans Flash #47. Et c’est justement ce dont Mathieu va vous parler, avec Black Panther #1.

Quant à Aurélien : Cette semaine je ne présenterai pas une nouveauté fascicule. Mon coup de cœur, ma recommandation de lecture, ne concerne d’ailleurs pas une nouveauté mais une réimpression. Fantagraphics nous offre dans une belle édition cartonnée des incroyables aventures dans le royaume de la science-fiction d’un des nos héros préférés. Celui qui a bercé notre enfance et qui continue à s’apprécier malgré l’âge. Qui s’apprécie même plus j’oserai dire. Le talent des artistes s’étant attaqués à la tâche se savoure beaucoup mieux avec l’expérience. Regardez-moi, je parle, je parle, mais je ne révèle toujours pas le nom de ce héros : je parle bien entendu de la géniale souris Mickey Mouse. C’est le travail de Romano Scarpa (1927-2005) qui est célébré dans The Delta Dimension.

Flash #47, Joshua Williamson et Howard Porter – par Mathieu

La guerre des Flash, annoncée et amorcée dans Flash Annual #1 il y a déjà plusieurs semaines, commence sur les chapeaux de roues. Dès la première page, on est plongé dans un face à face Barry-Wally qui n’annonce rien de bon pour la suite. La relation des deux Flash s’est dégradée, et le retour progressif des souvenirs de Wally (voir le numéro précédent pour cela) n’arrange rien. Ce retour, qui se manifeste sous la forme de convulsions physiques laissant Wally incapable de bouger, est un grand pas en avant de DC pour le retour de l’univers pré-Flashpoint. A quoi faut-il s’attendre pour le futur, à la fois de Flash et de l’univers DC ? Peut-on espérer une fusion, à la Superman Reborn, des versions pré et post-Flashpoint ? Une réunion pour satisfaire le plus grand nombre ? Peut-être à la fin de Doomsday Clock, qui sait.

Black Panther #1, Ta-Nehisi Coates et Daniel Acuna – par Mathieu

L’empire galactique Wakandais, annoncé il y a des années dans le run New Avengers de Hickman, et revu à la fin de Secret Wars, puis dans le one-shot Legacy, est enfin là. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça dépayse. Adieu la forêt du Wakanda, les buildings de New-York, et bonjour le vide intersidéral, les vaisseaux spatiaux et les extra-terrestres. Sans que l’on sache exactement comment, T’Challa se retrouve prisonnier de l’empire, un empire bien installé depuis des siècles semble-t-il. Si ce début n’est pas sans rappeler le Black Bolt de Saladin Ahmed (un souverain emprisonné sans que l’on sache le pourquoi du comment), la suite n’a rien à voir. Comme Blackagar Boltagon, T’Challa est un roi presque muet, dont le silence renforce encore le côté mystérieux. Ajoutez à cela des dessins de Daniel Acuna magnifiques, très expressifs, et on tient un premier numéro prometteur et plein de mystères.

The Delta Dimension, Romano Scarpa – par Aurélien

Le génial italien est l’un des grands artistes de Disney, que ce soit les canards ou les souris il nous livre des personnages superbes, marrants et toujours en action. J’aime beaucoup relire ces histoires, il me ramène à un temps d’innocence où tout paraissait simple. Romano Scarpa parfume ces histoires d’une joie de vivre qui soulage le lecteur. Les scènes d’ouverture sont exceptionnelles : un verre de jus dont on ressent la fraîcheur, une douce journée à la plage où l’on ressent le sable chaud, des gamins qui s’amusent sont autant de situation que Scarpa s’approprie et nous livre tout en douceur.

Dans The Delta Dimension j’ai redécouvert des histoires oubliées lu tout petit dans mon patelin natal. J’ai redécouvert le génial Atomo, ce petit bout d’atome intelligent qui crache des mésons pouvant altérer la nature des éléments. J’ai surtout pu redécouvrir le talent de Romano Scarpa, son dessin qui paraît simple, naïf mais qui est en fait très détaillé et d’une beauté surprenante. Chaque case nous livre des expressions faciales différentes, des angles audacieux, des décors magnifiques et des scènes hilarantes.

Changez de dimension, essayez donc la dimension delta et accompagnez Mickey dans des aventures extraordinaires.

 

Mathieu Guitonneau et Aurélien Banabéra

Libraires spécialisés comics

Album Comics

EN RELATION AVEC VOTRE ARTICLE

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTERESSER


Coups de coeur des libraires

Le retour d'Uncanny X-Men

Une journée avec Jim Lee