Coups de coeur des libraires

En cette belle semaine du mois de Mai, en ce beau 17 Mai (ne serait-ce pas l’anniversaire de l’un des libraires par hasard ?), Mathieu et Aurélien vous proposent de la diversité parmi leurs coups de coeur. Partagé entre quatre titres cette semaine, Mathieu a décidé de vous parler de Fence #6 (C.S. Pacat et Johanna the Mad) et X-Men Red #4 (Tom Taylor et Mahmud Asrar). Il vous invite grandement à découvrir Batman #47 (malgré un dénouement attendu, le contenu de l’épisode reste explosif), et Wicked+Divine #34 qui démontre une fois encore le talent de Jamie McKelvie.

Avec un peu de retard voici les recommandations d’Aurélien pour cette nouvelle semaine. Après une semaine de repos il revient vers vous afin de vous parler de la nouvelle œuvre de Brian K. Vaughan et Marcos Martin. Pas si nouvelle que ça finalement car Barrier fut d’abord une bande-dessinée digitale publiée sur panelsyndicate.com. Trois ans plus tard la voici enfin imprimée chez Image Comics et le bouquin est tout simplement génial!

Fence #6 - C.S. Pacat et Johanna the Mad

Toujours autant d’action dans ce numéro de Fence qui deviendra je n’en doute pas l’un de vos séries favorites. Beaucoup d’humour, dans un style très manga typique de Johanna the Mad. On en retrouve les codes : gros yeux écarquillés, visages fins, ou déformés selon les situations. Reprenant là où le numéro précédent s’était arrêté (retour de Nicholas, défaite de Seiji), l’auteur et l’artiste construisent petit à petit la rivalité entre les deux personnages, rivalité qui ne peut que leur servir. Nicholas peut apprendre du self-contrôle et de la technique de Seiji, et ce-dernier de l’humanité de Nicholas. Ces deux-là forment vraiment une paire inattendue, un véritable ying et yang.
Ajoutez à cela un casting secondaire impressionnant (le géant par exemple contre lequel doit se battre Nicholas), ou encore Bobby, et vous avez la recette parfaite pour un bon moment de lecture.

X-Men Red #4 - Tom Taylor et Mahmud Asrar

Tom Taylor, je t’adore. Non content de reprendre les deux personnages de sa série All New Wolverine (qui vient de s’achever cette semaine avec l’épisode #35), il n’essaie pas de les imposer comme personnages principaux, d’en faire trop avec ces deux-là. Gabby, espiègle et jeune, intervient régulièrement, mais cela est dû à son âge et son caractère. Et comment ne pas rire aux éclats devant son tête à tête avec Namor, et sa réflexion sur ses “abs-tlantis” !
Rire mis à part, Tom Taylor construit petit à petit une histoire qui mine de rien est assez effrayante, avec un ennemi des plus redoutables. L’équipe de Jean Grey a peut-être trouvé une parade, ainsi qu’un nouveau membre et un refuge, il n’en reste pas moins qu’ils sont loin, très loin, de découvrir l’identité de celle qui ne jure que par la destruction de la race mutante.

Barrier #3 - Brian K. Vaughan et Marcos Martin

Les barrières dont fait référence le titre sont multiples : tout d’abord barrière entre les États-Unis et le Mexique, entre les immigrés et les américains, barrière linguistique entre anglais et espagnol, barrière des sexes, barrière entre le gouvernement Texans/Américains et les petits propriétaires installés le long de la frontière et une dernière barrière dont je ne vous révélerai pas les caractéristiques par peur de vous dévoiler trop de choses ! L’histoire est intéressante, tout débute sur une histoire de terre, une histoire sociale sur les immigrés clandestins venant d’Amérique centrale et du Mexique ainsi que sur la xénophobie et la peur des personnes vivant le long de la frontière mexicaine. A la fin du premier numéro tout bascule, sans véritables indices. Le lecteur devient aussi désemparé que les personnages de l’œuvre. Au cours des numéros suivant les barrières se réduisent, malgré les différences linguistiques et sociales les personnages devront se serraient les coudes afin de survivre dans une situation défiant la raison. Afin de parler du racisme et des difficultés entre humains, Vaughan choisit de transporter son scénario dans un univers éloigné des contestations et interrogations sociales. C’est une démarche très intéressante et qui fonctionne parfaitement selon moi.

Le format de l’oeuvre, déjà utilisé lors de leur bande-dessinée précédente, Private Eye, nous pousse à la lire horizontalement. Ce format permet à Marcos Martin de nous offrir des planches magnifiques avec moins de contraintes imposées par le format classique. Les paysages et personnages sont ainsi magnifiés. Les couleurs de Muntsa Vicente sont quant à elles extraordinaires : elles soulignent à la fois la beauté du paysage, la peur et l’horreur que vivent les immigrés clandestins mais aussi l’inconnue, l’étrange dont nos deux personnages principaux font l’expérience. Une explosion de couleurs sombres et vives se faisant échos, soulignant différents mondes et différentes situations qui ne font pas qu’embellir le dessin de Martin mais qui racontent une histoire à part entière.

Barrier est une œuvre magnifique dont la lecture est obligatoire !

 

Mathieu Guitonneau et Aurélien Banabéra

Libraires spécialisés comics

Album comics

EN RELATION AVEC VOTRE ARTICLE

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTERESSER


The Magic Order

Coups de cœur du libraire

Coups de cœur du libraire