COMICS
Venom crève l'écran

Venom, ennemi juré de Spiderman formé grâce à l’alliance d’un homme qui hait Peter Parker et du symbiote alien rejeté par l’homme-araignée, arrive enfin sur nos écrans. Après plusieurs mois d’hésitations, de rumeurs et de démentis, le tournage a pu commencer … pour nous offrir une sortie nationale le mercredi 10 octobre 2018. Alors accrochez vos ceintures (et vos estomacs), et c’est partie pour un retour dans le passé de votre symbiote favori.

Les premières apparitions de Venom

La première apparition de Venom en tant que tel date de mai 1988 avec le numéro historique qu’est Amazing Spider-Man #300. Si la silhouette de l’ennemi désormais bien connu de Spiderman avait fait une brève apparition à la toute fin d’Amazing Spider-Man #299, terrorisant une Mary-Jane tétanisée, c’est bien avec ASM #300 qu’il apparaît dans la lumière. Eddie Brock, le journaliste qui rend Peter Parker et Spiderman responsable de sa carrière brisée, et le symbiote « Venom » ont fusionné pour donner naissance à une créature de ténèbres ressemblant à un Spiderman bodybuilé. Pouvoirs similaires, costume noir similaire … mais une gueule béante de laquelle sort une affreuse langue préhensible.

Ce n’est pas la première fois que le symbiote est introduit aux lecteurs de comics. Avant d’entrer en symbiose avec Eddie Brock, l’alien s’était fixé à Spiderman lui-même durant Secret Wars (1984/5), pour créer la couverture iconique de Secret Wars #8 (décembre 1984). S’il n’était au départ qu’un nouveau costume fait d’une matière auto-réparable, on doit à l’imagination de Tom DeFalco et Ron Frenz d’en faire un symbiote alien.

De nombreux hôtes

Peter Parker, Eddie Brock … mais la liste des hôtes de Venom ne se contente pas de ces deux noms. Si certains ont marqué l’histoire du symbiote, d’autres resteront parmi les éternels oubliés. A commencer par le dernier hôte en date, avant le retour du fils prodigue Eddie Brock. J’ai nommé Lee Price, mafieux new-yorkais qui a réussi l’exploit de subordonner à sa volonté un Venom affaibli. Plutôt que devenir un héros à la Agent Venom (Flash Thompson), Price utilise le symbiote pour ses fins personnels, évidemment machiavéliques.

Avant Lee Price, Flash Thompson –  et oui, celui-là même, Eugène la brute qui terrorisait Peter Parker au lycée tout en étant le plus grand fan de Spiderman (sans savoir évidemment que son idole et son défouloir ne faisaient qu’un) – s’était lié à Venom pour le meilleur (et le pire, au début de leur relation). Récupéré par le gouvernement américain après la défaite des Dark Avengers, le symbiote était devenu une “arme” au service des Etats-Unis. Le caporal Thompson, amputé de ses jambes et volontaire, devient ainsi l’Agent Venom, soldat d’un nouveau genre. Ses aventures le portent bientôt dans les étoiles, en tant que membre des Gardiens de la Galaxie et agent de liaison avec les Avengers.

Le symbiote qu’a récupéré le gouvernement américain avant de le “prêter” à Flash leur vient tout droit des Dark Avengers, version pervertie des avengers de Norman Osborn durant son “règne” à la tête des héros américains. Chaque Avengers connaissait sa contre-partie négative : Daken était Wolverine, Moonstone était Ms Marvel, Norman lui-mêmen était Iron Patriot … et Mac Gargan, le Scorpion, vêtu du symbiote était leur Spiderman. Plus massif, plus animal, surtout plus pervers, tel était le Venom de Mac Gargan.

Le monde est comics tourne souvent en boucle, c’est ainsi que le retour du symbiote Venom à son possesseur iconique et historique Eddie Brock n’est pas surprenant. Tous les deux ont vécu de grandes choses ensemble, mais aussi (et surtout) séparément. Des événements qui les ont changés, et ont changé le symbole du symbiote. Il n’est plus un être à la recherche de la vengeance à tout prix de Spiderman/Peter Parker. S’il s’est adouci dans ce sens, il n’en est pas pour autant devenu un héros. Il appartient plus à ce qu’on appelle les anti-héros, ces personnages à l’histoire complexe, ni complètement bons ni fondamentalement méchants. Les protagonistes qu’on adore, en somme.

De très nombreux symbiotes

Venom n’est que le premier symbiote à avoir été introduit dans l’univers Marvel. Devant son succès, l’éditeur a multiplié les symbiotes : Carnage, Toxin … jusqu’à la planète natale des symbiotes, et leurs ennemis les Poisons.

L’année 2017 a vu les événements Venom se multiplier, donnant à la créature une histoire, un passé et des liens plus approfondies avec le reste de l’univers Marvel : Venomverse, Poison X et Venomized.

Venom au cinéma

Ce n’est pas la première fois que le personnage de Venom se retrouve sur le grand écran. Il était l’un des ennemis de Spiderman lors du troisième film concluant la trilogie de Sam Raimi en 2007. Interprété par Topher Grace, il n’est pas resté dans les mémoires comme un Venom fidèle ou magistral. Intégré au film par pression du producteur et des fans, le méchant symbiote n’était au départ pas dans les voeux du réalisateur.

Cette fois, Venom est le personnage central du film, et non plus l’un des nombreux ennemis d’un super-héros débordé. Espérons que les critiques reconnaissent sa prestation et arrivent à effacer des mémoires celle de Grace.

 

Mathieu Guitonneau

Libraire spécialisé Album

EN RELATION AVEC VOTRE ARTICLE

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTERESSER


Ant-Man et la Guêpe

Coups de cœur des libraires

Coups de cœur des libraires