MANGA
L'Attaque des Titans

Il y a quelques jours un jeune client est venu me demander conseil. Il souhaitait commencer une nouvelle série mais ne parvenait pas à choisir le manga adéquat. Il cherchait une histoire reprenant les codes du Shônen tout en ayant une dimension plus complexe et mature que les Shônens classiques. Je lui tendis le premier tome de l’Attaque des Titans (Shingeki no Kyojin en japonais). Ce manga écrit et dessiné par Hajime Isayama eut un succès immense au Japon qui ne tarda pas à débarquer en France. Bien que selon moi, l’auteur se soit amélioré sur ses dernières publications, les graphismes laissent à désirer contrastant avec la qualité remarquable de l’Anime. En revanche, côté scénario, Isayama nous livre une histoire profonde et pleine de retournement de situations inattendues.

Il m’interrogea : ” – Je ne connais pas, de quoi ça parle ?

– Cette histoire se déroule dans un univers uchronique dans lequel  les derniers représentants de l’Humanité vivent reclus derrière l’enceinte de murs de plusieurs mètres de haut. 100 ans avant le début de l’histoire cette dernière avait frôlé l’extinction suite à l’apparition de créatures humanoïdes géantes appelées “Titans”. Ces êtres semblent dévorer les humains par instinct dans le seul but de les tuer. On ne sait que peu de choses sur ces Titans, si ce n’est qu’ils tirent leur énergie de la lumière du soleil et qu’ils sont difficiles à abattre en raison de leurs capacités régénératrices exceptionnelles. Le seul moyen de les tuer semble être une incision profonde à la base de la nuque.

Une histoire post-apocalyptique

Nous retrouvons donc une humanité affaiblie après  une centaine d’années passées en exil. Quelques décennies se sont écoulées sans qu’aucun Titans n’ai été aperçu. Des rêves d’évasion naissent dans l’esprit de la jeune génération représentée par Eren, Armin et Mikasa.

Cependant, un Titan de 60 mètres de haut fait un jour irruption et créé une brèche dans le mur. D’autres Titans ne tardent pas à s’engouffrer dans celle-ci massacrant tous les humains sur leur passage. Après avoir vu sa mère se faire dévorer vivante par un Titan et son village anéantit, Eren jura de tous les exterminer. Pour assouvir sa vengeance, il s’engage dans l’armée, suivit par Armin et Mikasa. Au fur et à mesure de leurs missions ils réalisent que les murs qui les protègent renferment bien plus de secrets qu’il n’y paraît. Dans sa quête de vérité, Eren découvrira des secrets qui auraient probablement dû rester enfouis…”

Des révélations au compte gouttes

Dans ce manga il ne faut jamais se fier aux apparences car la réalité est bien différente de ce qui nous est présenté. En effet en tant que lecteur nous avons autant d’informations sur la situation que les personnages vivant dans l’enceinte des murs, c’est-à-dire très peu. C’est un parti pris de la part d’Isayama de frustrer le lecteur en nous plaçant au même niveau que les gens vivant dans l’enceinte des murs. Ainsi de révélations en révélations nous ressentons la même chose que les personnages et l’immersion dans l’univers n’en est que plus grande.

L’auteur a déjà prévu de nous emmener bien plus loin qu’un simple  affrontement Humain vs Titans. Les sujets abordés nous offrent une réflexion plus profonde sur les questions éthiques de certains événements. Jusqu’où un gouvernement est – il prêt à aller pour protéger son peuple ? Qu’est-ce qu’un soldat est prêt à sacrifier pour accomplir son devoir ? Les humains sont-ils condamnés à s’entretuer inlassablement pour la suprématie d’une race ?

Hajime Isayama nous livre avec l’Attaque des Titans son adaptation de la Caverne de Platon ainsi qu’une critique sur les travers de l’humanité principalement inspirée par la seconde Guerre mondiale.

Disponible dès maintenant, découvrez la suite des aventures dans le tome 25 de l’Attaque des Titans.

Adélaïde Paris

Libraire spécialiéée

EN RELATION AVEC VOTRE ARTICLE

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTERESSER


Fruits Basket, le retour

UN BESOIN DE RENOUVEAU CHEZ BANDAI TAMASHII NATION

Card Captor Sakura, vingt ans et une nouvelle série