COMICS
Coups de cœur du libraire

Cette semaine me mets face à un dilemme. Pour la première fois depuis très longtemps, de nombreux titres me plaisent. Entre l’indé, Marvel et DC, mon cœur balance. Que faire ? Vous parler des titres qui m’ont arraché une larme, mais que vous connaissez tous par cœur ? Ou alors vous présenter de nouveaux titres très intriguant, dont la suite s’annonce prometteuse ?

De nouveaux coups de cœur

Boom continue sur sa lancée et, après le relaunch réussi de Power Rangers il y a déjà quelques années, vient de s’offrir la licence Buffy the Vampire Slayer (jusqu’alors détenue par Dark Horse, qui se trouve bien démuni en cette saison froide après le rachat de Conan par Marvel). Avec Jordie Bellaire (la sublime coloriste de Vision notamment), déjà connue pour Redlands avec Vanesa del Rey, et Dan Mora, Buffy revient en force. C’est un relaunch que nous propose Boom, une nouvelle écriture du mythe de la tueuse, avec Buffy dans le rôle principal. Contrairement à la prochaine série TV (qui devrait sortir à la rentrée prochaine), cette série de comics reprend exactement les personnages connus de la série des années 1990 – Buffy, Xander, Gilles, Willow … – et les replonge dans leurs années lycées. C’est une réécriture de la série à laquelle on a le droit ici, et non une suite comme l’avait fait Whedon pour Dark Horse. Et quel remise à zéro ! On ne s’ennuie pas une seconde avec ce premier épisode. La narration rythmée de Bellaire, jointe aux magnifiques dessins de Mora, nous permettent de passer un très bon moment, et nous donne (presque) envie de regarder de nouveau Buffy, la chasseuse de vampires !

Autre éditeur, autre héroïne. Naomi ! Celle dont on entend parler depuis plusieurs mois, la tête d’affiche de Wonder Comics (l’autre label DC de Bendis) est enfin chez nous. Sa série, illustrée par Jamal Campbell (ancien dessinateur de Mighty Morphin Power Rangers, décidément), nous plonge dans un mystère semble-t-il insoluble, mais qui résonne fortement avec la vie personnelle de son auteur. Bendis a en effet une grande famille, de nombreux enfants, dont plusieurs adoptés. Et quel meilleur moyen de leur rendre hommage, de faire comprendre à tous les enfants adoptés du monde, que ce n’est pas une tare ? Que cela fait partie de la vie ? Il y a certes le premier des super-héros, Superman, qui a été adopté … mais c’était dans les années 1930 ! Qui s’en souvient ? Et surtout, qui peut se comparer à Mr Perfection ? C’est exactement ce dont « souffre » l’héroïne Naomi, du complexe de Superman. Non d’espérer avoir des super-pouvoirs, mais d’avoir été adoptée. Dans une ville où apparemment rien ne se passe, cette jeune fille au passé inconnu pourrait bien secouer le train-train quotidien de ses habitants.

Les coups de cœur classiques

Je l’attendais depuis des semaines. Depuis plusieurs mois. Dès le dévoilement de sa cover, j’étais excité à l’idée de découvrir Uncanny X-Men Annual #1 … centré sur Cyclope ! Et quel annual. Si j’ai eu du mal à prendre du plaisir en lisant les histoires d’Ed Brisson – je pense à Old Man Logan, ou plus récemment à Uncanny X-MenExtermination avait été une bonne exception. Sans parler de cet annual bien sûr, qui m’a tout bonnement ravi. Carlos Gomez était un pur inconnu pour moi avant cet épisode, et c’est bien dommage car ses dessins – tant dans la partie contemporaine de l’histoire que dans la partie ancienne où son coloriste rend hommage aux dessins des années 1960 avec les points Benday – rendent parfaitement l’atmosphère de cet annual.

Ancrant son récit dans les événements les plus récents des X-Men – d’IvX à Phoenix Resurrection Ed Brisson, honorablement, se charge du retour parmi les vivants de Cyclope. Ce qui pouvait être vu comme un caprice éditorial – ce qui est en réalité un caprice d’enfant (une fois que vous aurez lu cet annual, vous comprendre ce que je veux dire) – fonctionne en réalité très bien. Créant de toute pièce un petit épisode dans la vie d’adolescent de Cyclope, Ed Brisson s’en sert pour inverser la situation, et faire de Cyclope le héros que tout le monde connaissait avant 2012, avant Avengers VS X-Men.

Alors prenez garde, les X-Men ne sont peut-être plus de ce monde, mais leur plus grand leader est de retour.

Enfin, comment ne pas parler de Batman #63. Le Batman de la semaine, illustré par Mikel Janin qui nous offre des planches absolument somptueuses, mais au combien trompeuses. Le titre Nightmare de cet arc, titre choisi par King lui-même, n’a pas volé sa réputation. Après les tortures physiques subies dans Batman #62, nous avons droit aujourd’hui à une véritable torture psychologique. Aussi bien pour nous que pour Bruce Wayne. Le sadisme de Tom King pour son héros semble ne pas avoir de fin. Le cauchemar continue, et rien ne semble pouvoir sauver le pauvre Batman.

 

Mathieu Guitonneau

Libraire spécialisé Album

EN RELATION AVEC VOTRE ARTICLE

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTERESSER


Stranger Things

Coups de cœur du libraire

Coups de cœur du libraire