ASTÉRIX, RETOUR DES RÉSISTANTS GAULOIS

Le 19 octobre, nos deux Gaulois préférés sont de retour pour de nouvelles aventures. Astérix et Obélix ont beaucoup voyagé au cours de leurs nombreuses années d’existence, cette fois ils iront en Italie. Avant de conquérir la Gaule, les Romains ont vaincu les peuples italiens, un petit voyage s’impose donc. Les irréductibles Gaulois vont semer la graine de la résistance au cœur même de l’empire romain. Album a décidé d’effectuer, lui aussi, son petit voyage gaulois, au cœur de l’oeuvre de René Goscinny et Albert Uderzo.

Les auteurs

Nos deux Gaulois ont été créés par deux complices talentueux du 9éme art : René Goscinny (1926-1977) et Albert Uderzo (1927-2009). En 1959, les deux amis fondent le magazine Pilote et décident de créer un héros franchouillard. A cette fin, ils se penchent sur la Gaule. Le jeudi 29 octobre 1959, le premier numéro de Pilote sort et présente aux lecteurs la première aventure d’Astérix. A partir de ce mémorable jour, le succès du Gaulois ne s’arrête plus. Presque 60 ans après, Astérix, Obélix, Idéfix et tous les autres personnages d’Uderzo et Goscinny continuent de vivre des aventures extraordinaires.

Astérix et ses compagnons survivent à la mort de leurs créateurs. D’autres artistes prennent la relève pour que leurs créations ne périssent pas aussi. Goscinny étant le premier à s’éclipser, Uderzo se dévoue, assume seul (avec ou sans potion magique) la tâche immense qu’est la survie d’Astérix et ses complices. Dernièrement, Jean-Yves Ferri perpétue les histoires des Gaulois, aidé par Didier Conrad aux dessins.

Un village résiste encore et toujours…

Astérix a fasciné plusieurs générations de lecteurs. La bonne humeur, le comique et les occasionnelles bagarres ont su réjouir le lecteur, jeune ou vieux. Tout Français qui se respecte a entendu parler des Gaulois, de Jules César, de Cléopâtre et de Lutèce, grâce au récit d’Uderzo et Goscinny. Ils ont réussi le pari de raconter une période antique, d’en parler à des générations pour qui ladite période n’est qu’une page jaunie dans un poussiéreux manuel d’histoire. Bien que les faits soient fictionnels et embellis, les auteurs se basent sur des faits historiques. Quoique certains de ces faits soient erronés, mais le lecteur intelligent doit savoir faire ses recherches, rire en apprenant, beau pari ! Belle initiative !

Ne le cachons pas, Astérix est avant tout une bonne tranche de rigolade, une bande-dessinée légère qui se savoure doucement et plusieurs fois évidemment. Les personnages sont tous aussi iconiques et comiques les uns que les autres : le petit teigneux et courageux qu’est Astérix ; Obélix le gourmand doté d’une force surhumaine et au gros cœur, juste le cœur évidemment, sinon il n’est qu’un peu enveloppé ; Panoramix le sage ; Assurancetourix le barde qui ne savait pas chanter ; Odralfabétix le marchand de poisson et son meilleur ennemi Cétautomatix le forgeron, etc. Les noms ne sont évidemment ni anonymes ni anecdotiques, puisque l’une des forces de Goscinny repose sur ses jeux de mots, sur ses noms magnifiques et hilarants qui renvoient le lecteur à des repères symboliques (il faut parfois revenir deux fois sur le nom propre pour le comprendre). Même les méchants sont sympathiques : la fière armée romaine fuyant les Gaulois, les pirates géniaux préférant couler leurs navires… Nos amis aiment la vie, ils boivent, mangent et se bagarrent. Ah, mes amis, qu’il fait bon vivre dans le petit village de nos irréductibles ancêtres ! Ces derniers, fiers de leurs origines, protègent leur mode de vie, résistent encore et toujours à l’envahisseur. Leurs aventures ne sont pas des vacances mais une quête au cours de laquelle ils sèment la graine de la liberté. Pas si bête, pas si fou que ça !

Produits dérivés

Bien sûr que oui ! Astérix et Obélix ont aussi droit à leurs produits dérivés. Comme d’habitude il y en a pour tous les goûts et pour tous les portefeuilles : de la tasse de café à la statue de collection. Les Gaulois résistent à l’envahisseur sous votre propre toit. Parlons donc des grandes marques ayant posé leurs empreintes sur l’oeuvre d’Uderzo et Goscinny.

Attakus

Nous avons tout d’abord Attakus, notamment la scène de la bagarre. Les coups volent, les poings aplatissent les visages, même les onomatopées et les petites étoiles prennent vie. Tout simplement magnifique ! La précision des fabricants rend palpables les Gaulois bagarreurs. La montagne humaine se dresse et les corps s’empilent, s’entrechoquent. Enfin, nous assistons à ces mythiques combats amicaux au cours desquels les Gaulois, faute de Romains, règlent leurs différends entre eux : Abraracourcix se montre en chef digne et courageux ; Obélix ne semble pas jouer de sa force surhumaine ; le sage Panoramix court arrêter ces grands enfants avant qu’ils ne se blessent. Même les sangliers (un peu morts) sont de la partie ! Attakus a également produit une série de bustes disponibles sur commande.

Fariboles

Fariboles a aussi créé de nombreuses figurines comme, dernièrement, Abraracourcix le chef des irréductibles. Leurs statuettes ont un style très franco-belge. Les traits d’Uderzo s’offrent à nos yeux en trois dimensions, avec un trait léger et arrondi.

Pixi

Enfin nous avons Pixi et ses figurines de plomb. De petite taille, elles sont néanmoins très détaillées, avec de très belles couleurs. Des scènes entières de la bande-dessinée ont été recréées, comme le bal ou la salle d’école dans laquelle Obélix réapprend ses bases. Et, attention, bientôt une exclusivité Album sera disponible ! Restez vigilants !

Avis à la population ! Astérix et Obélix reviennent. De la bonne humeur, de la bagarre, de la résistance, mes amis ! Préparez-vous pour une bonne tranche de rigolade avant tout ! Déridez-vous ! Préparez-vous à rire aux éclats, comme des baleines, comme des fous !

Aurélien Banabéra

EN RELATION AVEC VOTRE ARTICLE


VISITEZ NOTRE BOUTIQUE
ALBUM COMICS


CONSULTEZ LE BLOG
DE L'AUTEUR


SUR LE MÈME
THÈME

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTERESSER


Obélix et Numérobis par Pixi

Les légendaires 20 – Le royaume des Larmes

Il faut flinguer Ramirez !